L’autre jour on m'a demandé de rédiger une courte présentation de moi-même pour accompagner un article écrit pour le site de ma fac.
Encouragée par l’exemple d’un(e) ami(e) qui avait fait figurer le mot « queer » dans sa propre présentation, j’ai posé un mini acte militant en ajoutant à la mienne l’acronyme suivant : "LGBTQ". Et j'ai réalisé ce faisant que c’était la première fois que ça m’arrivait, car j'avais toujours soigneusement évité de l'écrire ou de le dire dans l'espace public.
Du coup je me suis dit qu'il fallait finir de sortir la pantoufle du placard. C'est pas tellement que ça m'importe que le monde sache le genre des personnes avec qui je fais tourner les bobettes, c'est plus que je voudrais pas avoir l'air de me cacher.
Adoncques.
Après avoir fait partie des années durant des forces vives de la majorité hétéro dans une société conçue pour moi, un jour dans un bar j’ai rencontré une fille, il y a eu croisement de regards, contact, et collision. Puis comme on se décollait pas, il a fallu assumer. Voici donc ce qui se produit quand, pour reprendre l’expression de la cutie qui m’a fait virer ma cuti, tu passes du côté abricot de la Force.

bistouri
« mais qui fait l’homme? »
crédit photo : ce site de vente de matériel médical


CERTAIN.ES PARMIS TA FAMILLE ET TES AMIS PENSENT QUE TU TE TRANSFORMES EN GOUINE A CRÊTE
Les yeux mouillés par une émotion sincère, on te demande si c’est une révélation pour toi ou si tu l’as « toujours su ». Pendant un instant, tu as le sentiment qu’il y a un horrible malentendu et que les gens pensent que tu leur as annoncé une maladie. Il faut un moment pour réaliser qu’ils parlent de ta gouinerie.
C’est un problème car ils ignorent que fondamentalement, ce qui change chez toi, c’est très exactement rien du tout. Tu ne vas pas magiquement devenir une Femen si ça ne t’a jamais branchée de te mettre les seins à l’air. Tu ne vas pas brutalement te transformer en camionneuse et faire du MMA si de base tu as toujours préféré le cha-cha-cha et les brushings à frange. Mais ils ont quand même peur que tu deviennes quelqu’un d’autre et tu te retrouves paradoxalement dans une situation où c’est toi qui dois rassurer des gens autour de toi alors que tu es en train de plonger dans l’inconnu et que c’est déjà assez compliqué de gérer les émotions d’une meuf ainsi que tes émotions pour une meuf, sans en plus gérer les émotions de ta famille par rapport à tes émotions pour une meuf.

TA CHERE ET TENDRE CONTINUE A TE CONSIDERER COMME UNE HETERO
Si tu as décidé de virer ta cuti avec une personne d’expérience dans le domaine, forcément comparée à elle tu es une petite b… béotienne. Ça a un côté fraîche épousée assez mignon, mais du coup tu es suspectée de dilettantisme lesbien. Par contre les jeunes désœuvrés relous qui marmonnent les mots « eh les lesbiennes » (ou pire) sur votre passage, eux, ne font pas la nuance entre la vraie gouine de carrière et l’hétéro qui s’est égarée sur le gazon d’à côté. Etant pareillement marquée au front du même sceau d'infamie, tu pourrais t’attendre naïvement à pouvoir te réclamer de la même communauté, mais non. Bienvenue dans le monde magique des bi qui, tels Mowgli qui n’est à sa place ni dans la jungle ni dans le village des hommes, ne sont ni vraiment hétéros ni vraiment homos.

LES HOMOPHOBES DE TA FAMILLE RETOMBENT EN ADOLESCENCE
Sans doute pris de cours par la découverte d’un homosexuel dans leurs rangs, certains membres de ta famille peuvent ne pas savoir comment gérer la situation. Et si tu établis clairement que tu assumes ton futur de grillade en enfer et que tu t’attends même à ce que ta chère et tendre soit considérée avec le même respect que tes belles-soeurs, un climat de tension pèse sur les repas communs, des altercations occasionnelles se déclenchent au sujet de ton couple – qui n’en est pas un, qu’on soit bien clairs sur ce point – et pour finir, si tu es gracieusement hébergée par le membre de la famille en question, il arrive que l’on raccroche brutalement au nez de ta compagne quand elle appelle sur le téléphone fixe. Tu vis avec une personne retombée en adolescence.

TON NIVEAU DE TOLERANCE A L’HOMOPHOBIE DIMINUE FORTEMENT
Tu as beau avoir toujours défendu le droit des homos à être malheureux tout pareil que les autres en foirant leur mariage et en se déchirant ensuite au sujet des enfants pendant le divorce, il y a une différence fondamentale entre soutenir ce droit au nom de l’équité et te rendre compte que si tu veux ta robe de princesse, ta pièce montée et ta baby shower, tu auras besoin de ce droit de manière non négociable et qu’en plus, tu vas devoir payer la peau des fesses pour une PMA.  Tout soudain, les chantres de la Manif Pour Tous que tu écoutais auparavant avec une indulgence conditionnée par une enfance commune dans les bacs à sable des fêtes familiales te semblent de dangereux criminels. C’est qu’ils veulent t’empêcher si l’envie t’en prenait de porter une meringue, te faire fourguer devant le maire une bague en or que tu perdras instantanément dans le jardin, et faire une entrée dans la salle des fêtes du village au bras de ta moitié sur un arrangement au synthé du canon de Pachelbel ! Maintenant que l'on sort du débat abstrait car concrètement c’est ta momounette qui est en jeu, la page Facebook de ton cousin militant LMPT devient le lieu de sanglants affrontements.


TU TE RENDS COMPTE QUE TU PEUX ETRE GOUINE ET PETRIE DE PREJUGES
Ce n’est pas parce que tu portes à une autre détentrice du double chromosome X des sentiments d’une mièvrerie qui t’embarrasse, que tu as pour autant d’un seul coup tout vu, tout compris de la grande palette de l’identité de genre et de la sexualité. Tu vas de découverte en découverte et tu passes pour un oursin en apprenant que l’identité de genre et l’orientation sexuelle n’ont rien à voir, et que donc oui, être trans ET gay, c’est possible. Tu découvres aussi qu’il y a des femmes qui présentent un aspect physique hybride et qui se font parfois appeler « monsieur » par erreur sous une certaine lumière et suivant leurs vêtements. Si ton couple est concerné par ce dernier cas, la leçon la plus importante à retenir est la suivante, je te la donne tout de suite pour t’éviter des regrets plus tard : faut pas essayer de la changer. Si elle a envie de faire sa gouine à hélicoptère, c’est son droit le plus strict, et si ça te met mal à l’aise par rapport aux conventions de genre qu’on t’a inculquées depuis ta plus tendre enfance, c’est ton problème, pas le sien.


APRES LA RUPTURE, C’EST COMME S’IL NE S’ETAIT RIEN PASSE
Tes proches te retrouvent un peu comme la maman de la possédée retrouve son enfant à la fin de l’Exorciste. On ne parle pas de cet épisode embarrassant. Tu ne peux pas te permettre d’y faire allusion parce que, déjà, ce n'était pas vraiment un couple, et puis de toutes façons chez les gouines, les couples se font et se défont avec l’aisance des particules qui s’agglutinent et se séparent dans un kaléidoscope, alors faut pas s’étonner, aussi.
Variante :
On admet qu’il y a eu couple et rupture et on te demande si c’est définitif, t’es homo à plein temps maintenant (voir : « inquiétudes de type gouine à crête »). C’est un peu comme demander à ta copine Mireille qui vient tout juste de se séparer de son copain si maintenant elle compte se taper plutôt Jean-Marc ou plutôt Jeanine. Mireille pour le moment elle a envie de se taper personne, merci. A ce sujet je m’adresse spécifiquement aux bi en ajoutant que personnellement, je me suis quand même posé la question, jusqu’au jour où mon petit cœur en train de se recoller m’a ordonné de lui foutre la paix, en ajoutant que je saurais quand il saurait, merci. Et en effet, comme la vie est mal faite, le moment où l’on obtient une réponse à cette question est celui où on retombe amoureux/se, et donc où ça n’a plus la moindre importance puisque l’objet de nos attentions est forcément parfait(e) quel que soit son genre.

Pour conclure ce petit florilège rigolo je précise que la grande majorité de mes amis et des membres de ma famille qui ont eu connaissance de ce virement de cuti ont été adorables et ont immédiatement accepté ma compagne d'alors ou, pour ceux qui ne l’ont pas connue, ont simplement intégré l'info dans leur logiciel sans un battement de cil. (Love sur vos gueules, vous savez qui vous êtes.) Et pour encourager les personnes qui traverseraient quelque chose de similaire et leur redonner foi en leurs proches, je livre ici la réaction de mon petit frère dans toute sa candeur :
« Frangin assied-toi, faut qu’on parle.
« Quoi ?
« Ben écoute voilà, je suis en couple avec une fille. Je suis lesbienne quoi.
« Ah ! ouf tu m’as fait peur, j’ai cru que t'allais m’annoncer un truc grave genre le cancer ! »
<3